SEMINAIRE DU LUNDI | Cécile Bacles le 4 nov

Serge MullerISEM OK vectorise a invité Cécile Bacles à nous parler d’une récente publication commune. Venez nombreux l’écouter lundi 4 nov. à 11h, Salle Louis Thaler, bat 22, ISEM, 2e étage.

suivent le titre et le résumé de l’intervention.

Conservation de la Biodiversité Méditerranéenne et Changements Globaux

Survivre en marge: Structure génétique et histoire démographique des populations d’Aulne glutineux en Afrique du Nord

 Olivier Lepais, Serge Müller, Cécile Bacles

Comprendre comment les facteurs climatiques ont contribué à l’expansion ou à la rétraction de la distribution des espèces par le passé peut contribuer à prédire leur réponse à un changement des conditions climatiques actuelles. L’étude de l’histoire démographique des populations en limites d’aire, où les pressions environnementales sont les plus fortes, peut s’avérer particulièrement utile dans un tel contexte. Cependant peu d’études se sont à ce jour intéressées aux populations de marge arrière (rear-edge). L’aulne glutineux, espèce fondatrice des zones de ripisylves, est un exemple d’espèces ayant été étudié à l’échelle de l’Europe mais dont les populations en limite sud de l’aire de répartition, restent méconnues. Nous présentons une étude de la structure génétique de 19 populations échantillonnées en limite arrière de l’aire de distribution de l’aulne glutineux au Maroc, en Algérie et en Tunisie (Lepais et al. 2013). Par l’étude du coalescent, nous proposons plusieurs modèles de reconstruction de l’histoire démographique de ces populations. Les résultats de cette étude sont enfin discutés en terme de conservation des écosystèmes méditerranéens dans le contexte des changements globaux en cours.

Référence:

Lepais O, et al. (2013) High Genetic Diversity and Distinctiveness of Rear-Edge Climate Relicts Maintained by Ancient Tetraploidisation for Alnus glutinosa. PLoS ONE 8(9): e75029. doi:10.1371/journal.pone.0075029

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0075029

Sylvain Adnet et Henri Cappetta publication dans Nature communication

presse_2013_requin_sRequins fossiles: des micro-dents  qui nous racontent une grande histoire

Une lignée de requins primitifs – les Cladodontomorphes – qu’on croyait entièrement disparue à la suite de la grande crise d’extinction du Permien il y a 250 millions d’années, vient de refaire surface… 120 millions d’années plus tard et sous la forme de six minuscules dents fossiles.

C’est en étudiant le gisement fossilifère proche de St Hippolyte-du-Fort (Gard, France), situé à 40 km au nord de Montpellier, que le paléontologue Guillaume Guinot et des collaborateurs du département de géologie et paléontologie du Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève et de l’Université de Montpellier 2 ont eu la surprise de découvrir ces trois espèces de requins représentées par des dents de moins de 2 mm. Ces dernières se trouvaient dans des roches sédimentaires datant du début du Crétacé (-130 millions d’années). Les Cladodontomorphes découverts étant de mini-requins primitifs – leur taille estimée n’excédait guère 20 cm – aux mini-dents, c’est grâce à la technique du tamisage très fin que ces dents à peine visibles à l’œil nu n’ont pas échappé à la vigilance des chercheurs.

Les roches sédimentaires aux précieuses dents de Cladodontomorphes se sont constituées à l’époque du Crétacé dans une mer relativement profonde. D’où l’hypothèse avancée par les chercheurs dans un article qui vient de paraître dans la revue Nature Communications, que c’est certainement en se réfugiant dans des mers plus profondes que quelques espèces de Cladodontomorphes ont pu échapper à la grande extinction du Permien ayant décimé tous leurs congénères. Les espèces de St Hippolyte-du-Fort apparaissent ainsi comme des sortes de rescapés ou des « fossiles vivants fossiles » ayant tout de même survécu près de 120 millions d’années après la grande catastrophe du Permien!

Selon le paléontologue Guillaume Guinot, les découvertes issues de l’analyse très fine des sédiments ne font que commencer. Comme l’atteste la magnifique découverte paléontologique de St Hippolyte-du-Fort, les très petits fossiles nous apporteront sans doute au cours des prochaines années nombre de… grandes surprises scientifiques!

Référence bibliographique: Guinot, G., Adnet, S., Cavin, L. & Capetta, H. 2013. Cretaceous stem chondricthyans survived the end-Permian mass extinction. Nature Communications: 4 : 2669, DOI: 10.1038/ncomms3669, www.Nature.com/naturecommunications.
Paru le 29 octobre 2013.

iconographie: http://www.ville-ge.ch/mhng/presse_2013_dent_requin.php

Contacts pour les médias
Informations sur les Cladotontomorphes
Guillaume Guinot, paléontologue au département de géologie et paléontologie, Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève, T +33 6 22 93 46 70, guillaume.guino@ville-ge.ch
Lionel Cavin, conservateur du département de géologie et paléontologie, Muséum d’histoire naturelle de la Ville de Genève, T +41 77 461 95 30, lionel.cavin@ville-ge.ch

Direction du Muséum
Jacques Ayer, directeur duMuséum d’histoire naturelle et du Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève, T +41 22 418 63 00, jacques.ayer@ville-ge.ch

Communication et information aux médias
Pascal Moeschler, conservateur responsable de la communication,  de la Ville de Genève, T +41 22 418 63 47, pascal.moeschler@ville-ge.ch

SEEM ECOLOGIE / TAMARA ÜNKEMÜLLER / VEN 6 DECEMBRE À 11H30

Tamara MÜKEMÜLLERTamara Münkemüller (EMABIO, LECA, Grenoble)
Promises and challenges of phylogenetic community ecology

Understanding the processes that drive biodiversity is a central quest of Ecology. One promising and increasingly popular approach to this question is to integrate available information from community data, phylogenies, and functional trait databases. The underlying idea is to identify patterns of phylogenetic diversity in local communities, and to compare these patterns to those expected under specific driving processes and to random expectations.This approach towards a better understanding of biodiversity distribution is attractive as it allows, in principle, to identify the driving processes at large spatial scales, for many species and with relatively little costs. However, current practice has been challenged for relying on unwarranted and untested assumptions. In my presentation, I will focus on two major aspects: (1) the distribution of niche traits in the phylogenetic tree, and (2) the relevance of scale choices (e.g. spatial or phylogenetic scales). My work combines the statistical analyses of biodiversity patterns in large-scale field data and process-based simulations integrating assembly rules and trait evolution.I find that trait evolution processes strongly influence both the distribution of niche traits in the phylogeny and the resulting expectations for community diversity patterns. Similarly, the choice of different scales strongly affects phylogenetic diversity patterns. These results call for caution and for a profound test of both the assumed trait-phylogeny relationship and the scale choice in community ecology studies. However, I will also show how we can improve our ecological conclusions by explicitly accounting for the uncertainty in these influential factors. Phylogenetic community ecology seems to stand at a crossroad. Simple past applications with strong and questionable assumptions have raised strong criticism and led some researchers to doubt that the approach has any value. However, more profound theory and better approaches that integrate recent advances in functional and evolutionary ecology as well as multiple information and patterns provide a valuable way forward and already yield relevant new results.

LABEx CeMEB
Séminaire d’Ecologie et Evolution

Vendredi 6 décembre 2013, 11:30 – 12:30
Salle Louis Thaler (ISEM, UM2, bat 22, 2e étage)

Marathon 2013 de montpellier

ISEM-CA_2013b

©Sophie Benoit

Une nouvelle fois l’équipe de l’ISEM – « ISEM Ça » a fait honneur à l’Institut.
Lors du dernier marathon de la ville de Montpellier.

Les résultats:
Le relais mixte à six  « ISEM ÇA » a terminé :
– 67ème sur 851 relais arrivés (toutes catégories)
– 46ème sur 586 « relais à six « , -21ème sur 431 relais à six mixtes
Le temps du marathon de notre équipe est de 3h10’44 », soit cinq minutes de mieux que l’an dernier. Record battu !
Bravo à Catherine, Julie, Maéva, Eric, Julien, Pierre-Olivier pour ces superbes performances !

ISEM-CA_2013amarathon a

©Sophie Benoit

Pierre-Olivier Antoine équipe Paléontologie / Edition de novembre du magazine de l’UM2.

Le magazine universitaire de l’UM2 publie 2 articles de Pierre-Olivier Antoine équipe Paléontologie dans son édition de novembre.

Article 1 / L’Institut des sciences de l’évolution
remonte le cours du temps :
Pierre Olivier Antoine_UM2-Magazine-novembre-2013-Numero7

Article 2 / International : l’UM2 rayonne
Pierre Olivier Antoine_UM2-2-Magazine-novembre-2013-Numero7

 

 

Séminaire du Lundi 14 octobre

Séminaire du Lundi / Cédric Gaucherel  nous parlera de « Fonctionnement et croissance d’un écosystème »/ invité par Jean-François Agnèse  

Venez nombreux l’écouter lundi 14 octobre à 11h en salle Louis Thaler, ISEM, bat 22, 2e étage, Um2.

A lundi