SÉMINAIRE DU LUNDI 24 | Guillaume Guinot

dpt_gepi_stuff_guinot_guillaumeMélanie Debiais-Thibaud a invité Guillaume Guinot, en post-doc à Genève, pour nous parler de:
Phylogénies, registre fossile et tendances évolutives inférées chez les « poissons »

Les nombreux biais qui affectent la qualité du registre fossile empêchent la lecture directe des courbes de paléobiodiversité brute. Il est donc nécessaire d’avoir recours à des approches analytiques pour corriger ces variations de diversité dans le but d’obtenir un aperçu plus réaliste de l’histoire évolutive d’un groupe biologique. Puisque les informations relatives aux relations phylogénétiques et au registre fossile représentent deux jeux de données indépendants, la mise en commun de ces données représente une approche unique pour appréhender les caractéristiques évolutives d’un groupe biologique. Bien que les « poissons » soient une composante majeure de la diversité des vertébrés marins et dulçaquicoles depuis le Paléozoïque, les caractéristiques de leur histoire évolutive restent très mal connues. Cette présentation propose une évaluation de différentes phylogénies de deux groupes de « poissons » (actinoptérygiens et eusélaciens) au niveau familial, de leur adéquation avec le registre fossile ainsi que l’identification des variations de paléobiodiversité pour ces deux groupes. Des facteurs environnementaux globaux sont proposés pour expliquer les évènements évolutifs majeurs identifiés.

‘Fish’ phylogenies, fossil record and inferred palaeobiodiversity patterns

Direct reading of raw palaeobiodiversity curves is hampered by various biases affecting the fossil record quality. Hence, analytical approaches are needed to correct observed diversity patterns in order to achieve more realistic pictures of palaeobiodiversity variations. Because phylogenetic trees and stratigraphic ranges of corresponding terminal taxa provide two independent sets of data, comparing both data represents a unique way of testing the historical pattern of evolution. Although ‘fish’ groups represent the major component of marine and freshwater vertebrates since the Palaeozoic, patterns of the ‘fish’ fossil evolutionary history remain largely unknown. This talk presents an assessment of various family-level phylogenetic hypotheses for two major ‘fish’ groups (actinopterygians and euselachians), their fit to the fossil record and corresponding corrected palaeobiodiversity patterns. Global environmental factors are proposed as possible drivers of observed major palaeodiversity events.

Rendez-vous salle Louis Thaler, à 11h, bâtiment 22, 2ème étage, UM2.