Séminaire du Lundi 23 mars | Christelle Tougard à 11h

Lundi 23 mars : Christelle Tougard nous parlera de: « Histoire évolutive des Cichlidae Sud-Américains du genre Apistogramma »

Venez nombreux l’écouter à 11 heures, salle Louis Thaler, bat 22, Université Montpellier, ISEM.
résumé:
Evaluer la biodiversité et comprendre les processus impliqués dans sa diversification sont un enjeu important en conservation, notamment pour les poissons d’ornement qui font l’objet d’une pêche intensive pour leur commercialisation. Dans ce but, je me suis tout particulièrement intéressée aux cichlidés nains néotropicaux du genre Apistogramma provenant d’un important centre d’exploitation en Amazonie péruvienne (Région du Loreto). Des gènes mitochondriaux et nucléaires ont été utilisés pour définir les relations phylogénétiques entre 18 espèces génétiquement identifiées, et pour estimer les temps de divergence entre clades. La monophylie du genre Apistogramma est confirmée, et, dans la région d’étude, les espèces d’Apistogramma se séparent en deux clades, correspondant à trois lignées établies sur la base de caractères morphologiques. L’origine de ce groupe remonterait à la fin du Crétacé (env. 72 Ma). Les incursions et régressions marines du Paléogène, ainsi que la mise en place du système de drainage moderne du fleuve Amazone à la fin du Miocène et les périodes glaciaires du Quaternaire semblent avoir eu une influence majeure sur les processus de diversification de ces poissons. En fait, d’après mes analyses phylogénétiques, la topologie de l’arbre, les datations moléculaires et les résultats de travaux publiés sur le choix du partenaire, la spéciation allopathique semble être la principale force évolutive à l’origine de cette diversification. Les événements géologiques, hydrogéographiques et climatiques passés en Amérique du Sud sont donc probablement à l’origine de spéciation par vicariance et/ou dispersion. Mais pour autant, d’autres processus de spéciation  ne pourraient-ils pas être impliqués dans un passé plus récent ?