Complexité des écosystèmes : un gage de résilience face au changement | Équipe BioDICée

Une publication de Sonia Kéfi

Communiqué de presse INEE :

Complexité des écosystèmes : un gage de résilience face au changementLe fonctionnement d’un écosystème s’articule autour de relations de natures diverses entre une myriade d’espèces. Identifier de manière exhaustive ces interactions et le rôle qu’elles jouent dans le fonctionnement d’un écosystème demeure toutefois peu évident. Dans une étude publiée récemment dans PLos Biology, une équipe internationale menée par deux chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (ISEM, CNRS / IRD / EPHE) lire la suite

 

Création Labcom Air to Sea (R2C)

Création du LabCom Air to Sea (R2C) en partenariat entre l’équipe BioDIcée à l’ISEM et Andromède.

Lire le communiqué ci-dessous.

Interview  par Thomas Loret pour le journal de RCF Maguelone Hérault mercredi 30 novembre.
A réécouter sur https://rcf.fr/actualite/edition-locale-de-8h-du-mercredi-30-novembre
(à 4’40)

Interview journal La Marseillaise : http://www.lamarseillaise.fr/herault/developpement-durable/55039-une-carte-tres-detaillee-des-fonds-marins

Les fonds marins sous surveillance

Des chercheurs de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (Université de Montpellier, CNRS, IRD) s’associent à la société Andromède océanologie pour créer un nouveau laboratoire baptisé Air to Sea (R2C) dédié à l’étude des fonds marins côtiers.

Alors que les missions spatiales se multiplient à coup de milliards pour découvrir les planètes, nous n’avons toujours pas cartographié les fonds marins de notre planète bleue.

Ce paradoxe que rappellent les responsables du projet Air to Sea résume bien le défi que s’est lancé ce nouveau Laboratoire Commun. Il s’agit ni plus ni moins de cartographier plus rapidement et avec une meilleure définition les fonds marins côtiers et leurs écosystèmes entre 0 et 150 m de profondeur. Pourquoi réaliser ces cartographies ? « La pression des activités humaines est considérable sur les écosystèmes marins côtiers », souligne Julie Deter, enseignante à l’UM et chercheuse au sein de l’équipe Biodicée de l’Isem. « Les fonds marins restent pourtant très mal connus et leur inventaire comme la surveillance de leur état de santé exigent encore un accès direct en mer et en plongée ».

Lire la suite… 2016-11-25-communique-um_creation-labcom-r2c-3