Séminaires du Lundi | Lundi 25 septembre | Chris Emerling (F. Delsuc) | Salle Louis Thaler à 11h

Mis en avant

Lundi 25 septembre c’est Chris Emerling (University of California Berkeley) post-doc sur le projet ERC de Frédéric Delsuc équipe Phylogénie nous parlera de :
Mammalian chitinase (CHIA) genes provide genomic signal of post-Cretaceous/Paleogene adaptive radiation in placental mammalsAbstract:

The end-Cretaceous extinction led to a massive faunal turnover, with placental mammals radiating following the demise of non-avian dinosaurs. Fossils indicate that Cretaceous stem placentals were generally insectivorous, whereas their Cenozoic descendants occupied a variety of dietary niches, following the extinction of dinosaurian carnivores and herbivores. Despite evidence of these dietary shifts in the fossil record, genomic data have yet to provide evidence for this hypothesis. Here we show that CHIA genes, encoding chitinases capable of digesting insect exoskeletal chitin, were repeatedly lost as placental mammals radiated into non-insectivorous lineages. Comparing the genomes of 107 placental mammals, we found that CHIA, previously thought to be a single copy gene, was present as five paralogs in the ancestral placentalian. As placental mammals radiated near the Cretaceous/Paleogene boundary, multiple CHIA copies were convergently inactivated, particularly in non-insectivorous lineages, leading to a positive correlation between the amount of invertebrates ingested and the number of intact CHIA genomic copies. Furthermore, we provide evidence that the timing of CHIA loss is consistent with a long-fuse model of placental mammal evolution. Our results demonstrate that placental mammal genomes, including humans, retain a molecular record of the post-K/Pg placental adaptive radiation in the form of chitinase pseudogenes.

Venez nombreux l’écouter à 11h, lundi en salle Louis Thaler, bât 22, 2e étage, ISEM.

Séminaires du Lundi | Lundi 18 septembre | Ophélie Ronce | Salle Louis Thaler à 11h

Mis en avant

C’est la rentrée des Séminaires du Lundi. Pour le 1er lundi c’est Ophélie Ronce de l’équipe Métapopulations qui nous parlera de
« A quoi servent les sociétés savantes en biologie évolutive? »Venez nombreux salle Louis Thaler bâtiment 22 à l’ISEM, 2e étage, Université de Montpellier, à 11h.Bon séminaire !

Lien vers l’inscription pour le Séminaire du Lundi

Google Classic Papers en Evolutionary Biology – Google Scholar

Mis en avant

Bravo à L’ISEM !

Deux papiers incluant des membres de l’ISEM font partie des Google Classic Papers en Evolutionary Biology :
https://scholar.google.fr/citations?view_op=list_classic_articles&hl=en&by=2006&vq=bio_evolutionarybiology

  • numéros 3: Fréderic Delsuc et al. Nature 2006
  • numéro 10: Eric Bazin et al. Science 2006

L’index présente les papiers publiés en 2006 qui sont les plus cités sur les 10 dernières années dans la discipline.

Bravo encore à nos chercheur(e)s.

Fete de la science

Mis en avant

Le jeudi 12 octobre la projection d’un documentaire de 26 minutes en 3D suivie d’un temps d’échanges avec un(e) biologiste marin est organisée dans le cadre de la Fête de la Science 2017.

https://www.fetedelascience.fr/pid35201/fiche-evenement.html?identifiant=667883

Conférenciers : Julie Deter et Florian Holon
Lieu :  Gaumont multiplexe

Au cinéma Gaumont multiplexe de Montpellier le 12 octobre, projection d’un documentaire de 26 minutes en 3D suivie d’un temps d’échanges avec des chercheurs d’Andromède océanologie et de l’université de Montpellier.

résumé :La mer méditerranée concentre de nombreux enjeux : tourisme, transport, pêche, biodiversité?Des efforts considérables sont engagés depuis une trentaine d’années pour la préserver. Des scientifiques surveillent l’état de santé de la mer méditerranée par le suivi biologique de ses écosystèmes les plus riches et sensibles comme les herbiers de posidonie et les récifs coralligènes, l’écoute des sons sous-marins et de la cartographie des fonds. A travers les magnifiques images sous-marines de Roberto Rinaldi et Laurent Ballesta, vous plongerez en trois dimensions au cœur de la mer Méditerranée et de sa biodiversité pour mieux comprendre le pourquoi/comment de sa surveillance. Vous découvrirez aussi les dernières actions d’amélioration mises en place et leurs résultats. Enfin, un(e) biologiste marin travaillant sur les réseaux de surveillance biologique en Méditerranée répondra ensuite aux questions du public.

Réalisation du documentaire : Manuel Lefevre. Images : Roberto Rinaldi et Laurent Ballesta. Auteurs : Florian Holon et Pierre Descamp. Production : Andromède océanologie / Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

Séances gratuites en 3D le jeudi 12 octobre à 9h, 10h30, 14h et 15h30 (scolaires) et 20h (tout public)

Réservation obligatoire à julie.deter@andromede-ocean.com

Janice

Mis en avant

Notre amie et collègue Janice Britton-Davidian est partie ce 2 aout au matin.  L’ISEM a perdu une de ses femmes magnifiques qui l’ont fait, chacun se souviendra avec plaisir d’un moment partagé avec Janice, d’une discussion, d’un conseil tant elle savait écouter les autres et donner sans compter. L’ensemble de l’Institut envoie ses pensées les plus affectueuses à sa familles.

CES ÉTUDIANTS QUI S’ENGAGENT

Mis en avant

CES ÉTUDIANTS QUI S’ENGAGENT
Qui a dit que la jeunesse n’avait plus le goût de l’engagement ?
À l’UM, plus de 130 associations proposent de découvrir l’université sous un jour solidaire
et collectif. lire la suite

L3 du parcours Ecologie Biologie Organisme , Responsable du parcours EBO, Pierrick Labbé enseignant-Chercheur, équipe EVAS

 

Communiques de presse_CNRS

Mis en avant

Voir les communiqués de presse du CNRS

Paris, 8 juin 2017 _ L’audition des premières baleines
Infrasonic and Ultrasonic Hearing Evolved after the Emergence of Modern Whales, Mickaël J. Mourlam et Maeva J. Orliac, Current Biology, 08 juin 2017. DOI: 10.1016/j.cub.2017.04.061
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5063.htm


Paris, 7 avril 2017_ Primates : l’odorat pour échapper aux parasites
Mandrills use olfaction to socially avoid parasitized conspecifics.
Clémence Poirotte, François Massol, Anaïs Herbert, Eric Willaume, Pacelle M. Bomo, Peter M. Kappeler, Marie J. E. Charpentier. Science Advances, le 7 avril 2017.
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4983.htm


Communiqué de presse CNRS | L’audition des premières baleines

Mis en avant

Maeva Orliac et Mickaël Mourlam  de l’équipe Paleontologie viennent de publier :
Infrasonic and Ultrasonic Hearing Evolved after the Emergence of Modern Whales, Mickaël J. Mourlam et Maeva J. Orliac, Current Biology, 08 juin 2017. DOI: 10.1016/j.cub.2017.04.061

L’audition des premières baleines
L’organe auditif des premières baleines, les protocètes, vient d’être reconstitué virtuellement par des paléontologues de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier/IRD/EPHE)1. Ces cétacés aujourd’hui éteints, étaient, malgré des moeurs essentiellement aquatiques, pourvus de membres postérieurs leur permettant de se mouvoir sur la terre ferme. La reconstitution virtuelle de leur cochlée, l’organe siège de l’audition, suggère que leurs capacités auditives étaient très différentes de celles de leurs cousins actuels lire la suite

Vidéo à voir en bas du communiqué.

Des virus à l’assaut des bactéries

Mis en avant

Des virus à l’assaut des bactéries

Dans la guerre contre les bactéries multirésistantes, l’ équipe EEC de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier travaille sur de nouvelles armes : les virus ! Inoffensifs pour les humains mais dévastateurs pour les bactéries, les bactériophages pourraient devenir une solution pour remplacer un jour les antibiotiques devenus inefficaces. Voir la vidéo https://lejournal.cnrs.fr/

Hommage Isabelle Olivieri 9 mars 2017

Mis en avant

Retrouver les vidéos issues de présentation de la journée d’hommage à Isabelle Olivieri qui a eu lieu Jeudi 9 Mars dernier, au grand amphithéâtre de la délégation du CNRS.

Lien Vidéothèque : http://www.labex-cemeb.org/videotheque

Le programme de la journée

L’Institut des Sciences de l’Evolution remercie chaleureusement le LabEx CeMEB, le CNRS et le CEFE pour le soutien et l’aide apportés à l’organisation de cette journée remarquable.

http://evolutionmontpellier2018.org/

Mis en avant

logo-joinLe second congrès joint des quatre principales sociétés internationales de biologie évolutive (ESEB, SSE, SSB, ASN) aura lieu à Montpellier, du 19 au 22 Août 2018.

La toute première édition de ce type de congrès s’était tenue à Ottawa, Canada, en 2012. L’édition de 2018 à Montpellier aura un format semblable aux congrès de l’ESEB, où toutes les communications se feront dans le cadre de symposiums thématiques.

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture du site web du congrès et le lancement de l’appel à proposition de symposium. Cet appel sera clôturé le 26 juin 2017.

Nous attendons vos propositions de symposium avec impatience! N’hésitez pas à faire de la publicité pour cet appel autour de vous. Le succès et la qualité du congrès dépendront fortement de la diversité et excellence des propositions de symposiums reçues.

Pour plus d’informations, consultez le site du congrès: http://evolutionmontpellier2018.org/

A très bientôt,
Ophélie Ronce et Yannis Michalakis au nom du comité d’organisation

 

Comprendre l’organisation spatiale de la végétation pour surveiller la dégradation des écosystèmes arides

Mis en avant

Communiqué de presse INEE
http://www.cnrs.fr/inee/communication/breves/b261.html

Sonia Kéfi équipe BioDICée

Comprendre l’organisation spatiale de la végétation pour surveiller la dégradation des écosystèmes arides

L’éventuelle dégradation d’un écosystème aride peut se mesurer par la structuration spatiale de la végétation, d’après des travaux de chercheurs du CNRS et d’équipes espagnole et suisse. Cet indicateur, publié récemment dans Nature in Ecologie et Evolution, permet d’envisager la mise en place d’outils de surveillance dans le cadre des changements globaux.

©M. Berdugo-BIODICEE

Dans les écosystèmes arides, la répartition des plantes n’est pas due au hasard. Elle suit, au contraire, une organisation sous forme d’îlots, contribuant à l’aspect clairsemé caractéristique de ces écosystèmes (Fig.). Ces écosystèmes, relativement fragiles, sont soumis à des pressions croissantes à la fois d’ordre climatique et anthropique.

La répartition des plantes dans l’espace reflète le fonctionnement de l’écosystème dans lequel elles se trouvent, selon une étude, publiée dans la revue Nature in Ecologie et Evolution, réalisée par des chercheurs de l’Université Rey Juan Carlos, de l’université de Bern et de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier.

Pour la première fois à cet échelle, les chercheurs ont en effet comparé les données de terrain issues du projet européen BIOCOM, dirigé par Fernando Maestre de Université Rey Juan Carlos à Madrid, récoltées dans 115 écosystèmes arides, répartis sur quatre continents, à des d’images ariennes accessibles sur Google map. Leur analyse a porté sur l’empreinte statistique de la configuration spatiale de la végétation – par l’observation de la fréquence des tailles des ilots de végétation – et sa confrontation aux mesures de fonctionnement des écosystèmes obtenues sur le terrain.

Ces travaux  révèlent que l’ensemble des sites étudiés ne forment pas un gradient de fonctionnement d’écosystèmes mais se répartissent au contraire en deux catégories distinctes : les sites dont le fonctionnement est efficient et, à l’inverse, ceux qui peuvent être considérés comme dégradés.
Ces résultats montrent qu’une perturbation des  écosystèmes arides peut conduire au basculement abrupt d’un type de fonctionnement vers un autre, plutôt qu’à une réponse graduelle. Par ailleurs, cette étude montre que la structuration spatiale de la végétation reflète cette bimodalité de fonctionnement : les systèmes qui fonctionnent bien ont une signature spatiale différente de ceux qui ont une fonctionnalité moindre.

Cette découverte permet d’envisager d’utiliser la structuration spatiale de la végétation comme indicateur du fonctionnement des écosystèmes et d’envisager la mise en place d’outils de surveillance dans le cadre des changements globaux.

Référence

Plant spatial patterns identify alternative ecosystem multifunctionality states in global drylands. Miguel Berdugo, Sonia Kéfi, Santiago Soliveres & Fernando T. Maestre. Nature in Ecology and Evolution. Publication on Monday 9 January 2017.

Spatial vegetation patterns and imminent desertification in Mediterranean arid ecosystems. Kéfi, S., M. Rietkerk, C. L. Alados, Y. Pueyo, A. ElAich, V. Papanastasis & P. C. de Ruiter. 2007. Nature. 449(7159):213-217.

L’environnement influence le risque de cancer chez les animaux | Michael Hochberg & Robert Noble

Mis en avant

breve INEE MHochberg & RNobleAlors que les dégradations de l’environnement sont désormais connues pour accentuer le risque de certains cancers chez l’Homme qu’en est-il des autres animaux ? Dans une étude publiée récemment dans Ecology Letters, deux chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (ISEM, CNRS / Université de Montpellier / IRD / EPHE) ont constaté que les populations d’espèces vivant dans des environnements très éloignés de leurs conditions naturelles étaient elles aussi davantage sujettes au cancer. En poursuivant leurs investigations chez l’Homme à partir d’un modèle mathématique, les scientifiques ont ensuite pu estimer le risque de cancer chez nos lointains ancêtres. Alors que celui-ci atteint aujourd’hui 40%, il devait être inférieur à 10% chez les premiers chasseurs cueilleurs. Ces résultats nous éclairent sur la manière dont les variations naturelles de l’environnement et l’activité humaine affectent le risque de cancer dans l’ensemble du règne animal. Lire la suite http://www.cnrs.fr/inee/communication/breves/b246.html

Les antibiotiques favorisent le jeu de dupe de certaines bactéries

Mis en avant

Les antibiotiques favorisent le jeu de dupe de certaines bactéries

par Marie Vasse, Robert J. Noble, Andrei R. Akhmetzhanov, Clara Torres-Barceló, James Gurney, Simon Benateau, Claire Gougat-Barbera, Oliver Kaltz et Michael E. Hochberg, publié dans PNAS le 3 janvier 2017.

DOI : 10.1073/pnas.1612522114

La coopération est une stratégie adoptée par bon nombre d’espèces. Les individus qui génèrent des ressources utilisées par toute la communauté doivent cependant faire face à des tricheurs qui profitent du produit de la coopération sans participer à sa production. Dans une étude publiée récemment dans la revue PNAS, une équipe de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier(ISEM, CNRS / Université de Montpellier) s’est intéressée à l’influence d’un antibiotique sur la dynamique d’une population de bactéries composée de tricheurs et de coopérateurs. Après avoir constaté que la part de tricheurs augmentait plus vite en présence d’antibiotiques, les scientifiques ont pu démontrer, à l’appui d’un modèle théorique, que les coopérateurs étaient en fait plus « sensibles » aux antibiotiques que les tricheurs…http://www.cnrs.fr/inee/communication/breves/b240.html

Séminaire du Lundi 26 juin | Sonia Kéfi |11h Salle Louis Thaler

Lundi, Sonia Kéfi de l’équipe BioDICée nous parlera :
Why and how does the diversity of interactions matter?
 

In natural communities, species interact with each other in different ways, including predation, competition, and facilitation. This complex spectrum of interactions constitutes a network of links that mediates ecological communities’ response to perturbations, such as exploitation and climate change. In the last decades, there have been great advances in the study of intricate ecological networks. We have, nonetheless, lacked both the data and the tools to more rigorously understand the patterning of multiple interaction types between species, as well as their consequences for community dynamics. Improving our understanding of the dynamics and resilience of complex ecological systems may rely on how the joint effects of different interactions types explain variations not explained by feeding interactions alone. In this talk, I’ll present recent efforts in analyzing and understanding ecological networks including different types of species interactions. I will argue that moving beyond unidimensional analyses of ecological networks may contribute to improving our understanding and predictive capacity of the way ecological systems respond to disturbances.

Venez nombreux l’écouter à 11h salle Louis Thaler bâtiment 22, 2ème étage.