Equipe « Dynamique de la Biodiversité, Anthropo-écologie » (DBA)

L’équipe s’intéresse à la biologie, à l’écologie et à l’histoire des interactions entre organismes, communautés d’organismes, paramètres environnementaux (sol, climat en particulier) et action de l’Homme. Les travaux menés se placent à différents niveaux géographiques et échelles de temps, depuis le Crétacé jusqu’au présent.

Nos recherches visent à analyser et à restituer la structuration et les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité, afin de comprendre les processus écologiques et évolutifs en relation avec les changements environnementaux et sociétaux. Dans une optique ethno-éco-historique, une attention forte est consacrée à la compréhension des systèmes techniques agro-sylvo-pastoraux, aux pratiques d’exploitation et de gestion des ressources biologiques, notamment à la domestication et à l’histoire biogéographique et évolutive de plantes, d’animaux et de leur(s) ancêtre(s) sauvage(s). Une des originalités des activités de recherche de l’équipe est la mise en relation de sources et d’approches complémentaires centrées à la fois sur la diversité actuelle du vivant (de l’individu jusqu’aux écosystèmes) et sur les archives biologiques du passé issues de gisements naturels et de contextes archéologiques.

Les méthodes fondamentales mises en œuvre par l’équipe relèvent de la biologie, de l’écologie, de l’archéologie environnementale, de la bioarchéologie et de la paléoécologie : anthracologie, xylologie, carpologie, palynologie et archéozoologie. Elles s’appuient sur d’importantes collections de référence, de référentiels et bases de données, développés de longue date et enrichis en permanence. Le développement de méthodes quantitatives, couplées aux approches morpho-anatomiques traditionnelles, est une originalité de l’équipe. Ces méthodes consistent à décrire et analyser les variations de la taille d’éléments vasculaires du bois (éco-anatomie quantitative) et de traits morphologiques (morphométrie traditionnelle et géométrique) afin de comprendre et de modéliser l’impact de conditions environnementales changeantes et de l’influence de l’Homme (perturbation, exploitation, agriculture, domestication…) sur les plantes et les animaux.

Mots clés :
Agriculture / Elevage, Archéobotanique, Archéozoologie, Bioarchéologie, Biodiversité, Biogéographie, Domestication, Fonctionnement et histoire des écosystèmes, interactions Homme-milieu, Paléoécologie, Paléobiologie, Pratiques, Ressources, Sociétés.

Membres de l’équipe :

Laurent Bouby, IR CNRS

Lucie Chabal, CR CNRS

Marie-France Dietsch-Sellami, Ingénieur de Recherche, INRAP – détachée à la base de Dordogne

Allowen Evin, CR CNRS

Laurent Fabre, détaché au Jardin Antique Méditerranéen, Balaruc-les-Bains

Isabel Figueiral, Chargé d’Opération et de Recherche, INRAP

Vincent Girard, MCF Université de Montpellier

Sarah Ivorra, IE CNRS

Bertrand Limier, ATP INRA

Serge D. Muller, MCF Université de Montpellier

Thierry Pastor, AJT Université de Montpellier

Philippe Poirier, Chargé d’Opération et de Recherche, INRAP

Jean-Frédéric Terral, PR (responsable d’équipe)

 Chercheurs associés :

Mohammed Ater, PR, U. Tétouan (Morocco) – Laboratoire international associé EVOlea « Diversité, vulnérabilité et dynamiques de l’olivier dans un environnement hétérogène et changeant : le modèle du Maroc »

 Vincent Bonhomme, Postdoc – Morphométrie, vigne

Muriel Gros-Balthazard, Postdoc – domestication du palmier dattier et de l’olivier

Clémence Pagnoux – ATER U. Aix-Marseille

Llorenç Picornell Gelabert – Bioarchéologie et éco-anatomie quantitative, olivier

 Doctorants :

Benjamin Adroit,

Hicham Barbara

Ludovic Dolez

Jalal Kassout

Léonor Liottier

Margaux Tillier